Dans le feu de paille métallique tiède et moite, elle se tient droite ; elle a bougé. Elle ne regarde pas les flammes, ni n’entend les moteurs ni ne sent les fumées. Elle regarde – un vent vaciller, une tache noire dans un œil, une bouche fermée. Elle – regarde : elle n’est pas. Une odeur, peut-être – de la verveine et de la menthe parmi les relents de cigarette.

(Il n’y avait pas d’ombre en ce jour. La place était offerte, entière, aux rêves d’hier et d’avant-hier et de toujours.)

Au cœur des lampadaires se trouve un éclair de glace. L’ampoule ne lui fait pas grâce – du moins est-ce ce qu’il croit, la prenant pour une lâche, elle qui canalise sa crudité. Ce qu’il ignore, c’est que cela est de peu de durée : en bas, à son pied, elle se tient droite ; elle a bougé. Elle ne regarde pas la lumière roide, ni n’entend les moteurs ni ne sent les fumées. Elle regarde – un clignement obscur faire obscurité, une étoile déjà morte, une lune fanée. Elle – regarde : elle n’est pas. Un frôlement, peut-être – de la force et des craquèlements parmi les épaules en fête.

(Il n’y avait pas d’ombre en cette nuit. Il n’y avait plus de place offerte, entière, il n’y avait plus qu’oubli.)

Parmi les tourbillons d’oppression, les idées, oisillons, brisent des crânes de plastique en fusion, ou, quelque part, deviennent un petit maillon. – Puisse la brume qui sait de quoi emplir ses poumons de neige ! En patientant, le béton se désagrège ; cela est bon. Car sur les fêlures, elle se tient droite ; elle a bougé. Elle ne regarde pas un trottoir vivre de passages, ni n’entend les moteurs ni ne sent les fumées. Elle regarde – un soupir d’asphalte fendillé, un feu rouge laissé pour noir, une flaque d’huile irisée. Elle – regarde : elle n’est pas. Un esprit, peut-être – un flambeau ou un torrent sec parmi les têtes muettes.

(Il n’y avait toujours pas d’ombre en ce moment. Le temps lui-même avait fui pour renouveler son sang.)

Elle.

Elle court immobile charriant du béton dans ses veines. Elle court immobile électrique sous les lampadaires sans haine. Elle court immobile silencieuse un feu brûlant l’entourant. Elle – cours : le temps revient. Nous reviendrons demain pour admirés ne voir rien – je crois.

Elle – rentre, ou reste chez elle dans le froid.

(Il y avait une ombre : la sienne. Le temps taira l’instant où elle jaillit. Elle ne voulait pas apparaître – parfois, cela arrivait, comme le vent mauvais.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s